Bien choisir ses crampons!

Bien choisir ses crampons!

A vous, joueur de rugby sur des surfaces synthétiques, veillez à bien choisir vos crampons !

Il n’existe pas de différence significative de risque de blessure aigüe (entorses – y compris concernant le ligament croisé du genou, déchirures musculaires, fractures …) entre la pratique du rugby sur pelouse naturelle ou sur pelouse synthétique. Concernant les terrains les plus récents, la bonne question n’est pas tant de savoir si une surface est plus dangereuse qu’une autre mais plutôt de savoir si le sportif est équipé du type de chaussure qui correspond le mieux à la surface.

1. la FORME des CRAMPONS.

Il faut privilégier les crampons CIRCULAIRES (coniques)  Même des crampons très courts mais de design non circulaires peuvent avoir une accroche latérale très importantes (risque d’entorse).

A EVITER!

2. Le MATERIAU des crampons :

Il n’existe aucun argument défavorable à l’usage de crampons vissés en ALUMINIUM par rapport aux crampons moulés en POLYURETHANE (« plastique »).
Au contraire, dans la majorité des tests (robotisés et joueurs), les crampons vissés en ALUMINIUM ont obtenu de meilleurs résultats que les crampons moulés en PU.

Méfiez-vous des dénominations techniques FG et SG de modèles données par les équipementiers.
Les modèles moulés en PU portent souvent l’appellation FG pour « Firm Ground »  terrain ferme. Les modèles vissés ou hybrides portent souvent l’appellation SG pour « Soft Ground »  terrain souple.

Ces indications FG et SG sont relativement valables sur pelouse naturelle mais NE SONT ADAPTEES AUX TERRAINS SYNTHETIQUES ET A LA PLUPART DES TERRAINS HYBRIDES.
En effet, la plupart des terrains synthétiques et hybrides sont assimilés par les pratiquants à des terrains fermes mais les modèles FG du commerce n’ont pas été conçus pour ces surfaces et leurs spécificités.Les vendeurs en magasin sont rarement informés de ces éléments.Certaines marques proposent parfois une 3ème déclinaison d’un modèle, appelé AG pour « Artificial Ground » spécialement développé pour les terrains synthétiques.
En pratique, pour un même modèle, si la version FG se caractérise par une majorité de crampons non-circulaires, il vaut mieux opter pour la version SG dont les crampons vissés sont toujours circulaire.

3. Soyez vigilant aux RELIEFS DE LA FACE INFERIEURE DE LA SEMELLE.

En effet, outre les crampons, LA PRESENCE D’UN EPAIS RELIEF LONGITUDINAL OU D’UNE ARETE PRONONCEE A LA FACE INFERIEURE DE LA SEMELLE PEUT EGALEMENT SE COMPORTER COMME UNE « LAMELLE GEANTE ».Il vaut donc mieux éviter les chaussures présentant ce type de design de semelle, même si elles ont des crampons circulaires.

4. Equipez vos chaussures de semelles intérieures amortissantes et anti-vibratoires.

Afin de limiter les contraintes, en particulier sur les tendons et le cartilage (de croissance), il est recommandé d’équiper les chaussures avec une semelle intérieure pourvue de propriétés amortissantes et surtout anti-vibratoires QUEL QUE SOIT LE TYPE DE SURFACE.
Il existe des semelles préfabriquées dans les enseignes d’équipement sportif (rayon running). Néanmoins, pour un chaussage sur-mesure et personnalisé, il est fortement recommandé pour un jeune sportif ayant une pratique intensive, d’être régulièrement suivi par un podologue (visite annuelle) : une semelle podologique n’est pas nécessairement synonyme de correction, elle peut simplement accompagner mécaniquement le sportif dans sa pratique pour le rendre plus performant et limiter le risque de blessure.Même si elle paraît extérieurement préservée, une semelle podologique ou une semelle préfabriquée perd progressivement ses propriétés mécaniques : dans le cadre d’un usage régulier et/ou intensif, il est recommandé de renouveler l’équipement tous les ans.

Sources: Rapport du Dr Sylvain Blanchard, Responsable Médical Racing 92 (2018)